Choisissez votre syle :  noir  -  sepia  -  clair

Des nouvelles…


Textes librement déposés ou issus des concours de nouvelles organisés sur le forum du site.


Concours n°7 - Conte à Rebours



Le thème de la septième épreuve du genre, intitulée "Conte à Rebours", était le détournement : Il s'agissait, partant de l'idée de base des contes de notre enfance, d'écrire une nouvelle à connotation "policière" en reprenant la trame et en la détournant. Après délibération, seuls quatre des contes parmi les plus connus restaient au programme : Le Petit Chaperon Rouge, Alice au Pays des Merveilles, Peter Pan et Le Petit Poucet.


Gene - Beverly Chaperon



Il était 11h40 ce samedi-là quand Beverly Chaperon sortit du foyer d'étudiantes de la rue Lagrange. Comme chaque fois qu'elle se rendait chez la vieille, elle avait pris soin d'effacer toute trace de maquillage, et d'ôter le piercing qui embrochait l'extrémité de son sourcil gauche. Un cadeau de Fredo, pour fêter leurs six mois de débauche commune et la mise à exécution de leur grand projet.
Elle enfourcha son scooter personnalisé, une série limitée à un seul exemplaire, digne produit du désossage et réassemblage nocturnes de divers modèles. Selle MBK, guidon Peugeot, pneus Yamaha, un fleuron du co-branding ! Pour ça aussi Fredo était très fort. Le roi du lego ! Grâce à lui, fini les morts-vivants collés aux vitres des trains de banlieue, elle pouvait filer libre direction l'Essonne. Direction : Le Pâté de Lardy. Rien que le nom la faisait vomir ! Comment pouvait-on donner un nom pareil à un bled ! « Où c'est qu'elle crèche ta vieille? - Au Pâté de Lardy. -. » .La honte !

Beverly Chaperon venait d'avoir quinze ans et triplait sa quatrième au collège Raymond Queneau. Normal qu'elle soit en retard sur ses études, elle avait pris de l'avance partout ailleurs !
Ce samedi-là, elle était heureuse : c'était son dernier week-end chez la vieille ! La semaine prochaine, deux gendarmes viendraient toquer à la porte du foyer pour lui apprendre que Mémé s'était écrabouillée au pied de son cerisier, victime d'un accident d'escabeau. La dernière marche, la plus haute, avait cédé d'un coup ! Beverly s'effondrerait : « Pourtant je lui avais bien dit à Mémé que la cueillette des Reverchon c'était plus de son âge, et que son escabeau était tout branlant ! » Puis elle prendrait son air « papa est en prison - maman est partie - j'ai perdu ma Mémé - j'ai quinze ans et je suis seule au monde », et le tour serait joué.

Mais pour en arriver là, il lui en avait fallu de la cervelle ! Et de l'esprit de sacrifice ! Parce que se taper Jean-Loup, fallait le vouloir ! Quel benêt celui-là ! Heureusement, il n'avait pas été trop long à convaincre ! Un bouton en moins au corsage, une paire de bas volée au Monoprix, un ensemble string et soutien-gorge rouge-muleta, et il avait foncé tête baissée le gros nigaud ! Dans l'appentis au fond du jardin ça s'était fait, pendant que la vieille faisait la sieste. Deux minutes chrono ! Elle avait à peine posé la main sur son slip kangourou qu'il s'était extravasé dans un gémissement de fin du monde. Au bord de l'implosion le Jean-Loup ! Mais depuis qu'elle lui avait fait découvrir les limites de la missionnaire, il n'en finissait plus de se documenter ! Entre deux râles libérateurs, elle lui faisait entrevoir les promesses d'une vie loin du « Pâté », au soleil de la Côte d'Azur, une vie à bouffer des glaces au bord de la mer après le casino, une vie à faire claquer les porte-jarretelles en soie ! Sans la vieille pour leur mettre des bâtons dans les roues. Mais avec son blé !
Parce que Mémé elle était peut-être pas du genre Dim-Up, mais question bas de laine elle en connaissait un rayon ! Partout y'en avait ! Dans les armoires, sous les matelas, dans les bocaux à compote ! Faut dire qu'elle avait été mise à rude épreuve ! Depuis que son propre fils moisissait à Fleury pour tentative de cambriolage au Crédit Agricole où elle avait placé toutes ses économies, elle faisait plus confiance à personne.
Jean-Loup avait plongé dans le piège tête la première, presque aussi vite qu'entre les cuisses de Beverly. Mieux : son pauvre cerveau englué dans la testostérone s'était persuadé que le plan venait de lui. En ce moment-même, alors que Beverly quittait le périphérique, il fignolait l'escabeau de Mémé façon piste noire. Et la semaine prochaine, les Reverchon seraient à parfaite maturation. Adieu Mémé, adieu Jean-Loup, et vive l'aventure avec Fredo !
Beverly savourait l'air gras de la Nationale en se félicitant du dernier cadeau qu'elle allait faire à la vieille : une belle boîte de Quality Street. La perversion suprême. La cerise sur le gâteau. Elle adorait ça la vioque, mais ça faisait des lustres qu'elle pouvait plus en tâter : le fudge, ça lui bétonnait le dentier.


Seule dans sa cuisine du Pâté de Lardy, Marguerite attendait. Elle avait fini par prendre l'habitude. Au début, sa petite-fille venait la voir tous les week-ends, mais depuis plusieurs mois, c'était un week-end sur deux, ou sur trois, et encore, c'était heureux quand elle prévenait.
Alors, quand elle attendait la gosse, elle réfléchissait Marguerite. Elle pensait à son André, et comme ils s'aimaient tous les deux. Et elle se demandait pourquoi tout était parti à vau-l'eau. Pourquoi le cancer s'était pas contenté de lui prendre André, pourquoi il avait continué de s'étendre, de métastaser tout partout.
D'abord son fils qui avait épousé cette traînée, « sa bru » comme elle l'appelait, (elle faisait exprès de l'appeler « sa bru » parce qu'elle savait que ça la mettait en pétard !). Cette bonne à rien avait filé avec le premier portefeuille venu, en laissant Beverly en cadeau d'adieu. Avec ça elle avait quand même pris le temps de donner à la gamine un prénom idiot de feuilleton-télé. Beverly ! Evidemment, à force de regarder Dallas en mangeant des chips.
Son fils, lui, n'avait rien trouvé de mieux que de tenter carrière dans la cambriole. Chauffeur qu'il était ! Jusqu'à ce que son klaxon se coince sur le parking du Crédit Agricole. Quatre-vingt décibels. Douze ans.
Quant à sa fille, elle avait quitté la maison le jour de ses dix-huit ans, pour « prendre sa liberté » comme elle disait. Peut-être qu'aujourd'hui « liberté » ça se disait « alcool », « seringue », « trottoir ».Ça faisait cinq ans que Marguerite n'avait plus de ses nouvelles.
Et voilà que maintenant c'était au tour de la gosse ! Sa petite-fille ! Sa Beverly ! Celle qui courait hier encore au milieu du jardin dans sa petite robe à fleurs, qui tirait sur ces nattes et se gavait de framboises pas mûres. Voilà qu'elle tournait vinaigre ! Comme tous les autres ! Une mauvaise, une dévergondée ! Qu'est-ce qu'elle s'imaginait la petite garce, que Marguerite avait rien remarqué ? Qu'elle avait pas vu comment la gamine cambrait les reins dès que cet imbécile de Jean-Loup mettait un pied dans la maison? Comment elle l'aguichait et lui faisait tourner les sangs ? Un homme qu'aurait pu être son père ! Un pauvre idiot tout juste bon à aider au jardin et faire quelques travaux de bricole ! Et leur fricotage de dépravés dans son appentis, les gémissements, les petits cris qu'elle entendait l'après-midi. Et encore, s'il y avait eu que les cris.
Marguerite était déçue. Marguerite était triste. En colère aussi. Tout ce mal qu'elle s'était donné pour avoir des enfants. Tous ces médecins qu'elle avait vus. Et la joie d'André quand le miracle s'était enfin produit. Pour en arriver là. Souvent, elle pensait qu'elle aurait mieux fait de laisser faire la nature : elle et André. Point. Pas de feuilleton, pas de suite. Une belle histoire, avec une belle fin.


Beverly arriva avec presque une heure de retard. Elles s'installèrent à la table de la salle à manger où Marguerite avait mis sa jolie nappe en macramé.
Marguerite écouta les mensonges de Beverly, remarqua les petits bourrelets que faisaient ses bas cachés sous son jean ainsi que la chemise trop longue rentrée dans la ceinture qui ne tarderait pas à se transformer en robe mi-cuisses, et déclina poliment les Quality Street.
Puis vint l'heure de la sieste. C'était les premières chaleurs de l'été, et Beverly déclara qu'elle allait profiter du jardin tandis que Mémé se reposerait.


Beverly en était à « oui j'aime ça mon gros loup » quand Marguerite fit voler la porte de l'appentis d'un coup de crosse. Elle eut le temps d'apercevoir les fesses molles de Jean-Loup encastrées dans une paire de jambes gainées de noir. Quand elle appuya sur la détente, l'imbécile était en train de se retourner, et elle le vit s'éparpiller aux quatre coins de l'appentis. Ça lui rappela le jour où son robot Moulinex s'était emballé alors qu'elle préparait une soupe de fruits rouges, y'en avait partout sur les murs. Pour sûr, il l'avait bien entretenu sa pétoire André ! Mais pas le temps de s'extasier. La petite, coincée sous les restes de Jean-Loup, jambes en l'air, était déjà en train de s'égosiller.
Marguerite lâcha sa carabine et entra dans l'appentis. Il fallait faire vite et ne pas flancher.

— Mémé ? C'est toi ?

D'un geste vif, elle arracha un Dim-Up d'une des jambes de Beverly et s'approcha du visage terrorisé de la gosse.
— Mémé ? Mais qu'est-ce que tu fais ?
— .
— Mémé je t'en supplie !

Marguerite passa le bas noir autour du cou de Beverly.
— C'est pour mieux te faire taire, petite garce !

Et elle serra. A s'en faire mal aux mains. Heureusement, elle avait pensé à enfiler ses gants de jardin, et les bas de la petite c'était de la bonne qualité, du vingt-cinq deniers au moins.
Mais Beverly n'arrêtait pas de couiner, ça lui vrillait les tympans. Alors elle ferma les yeux et se mit à chantonner. « .les belles auront la foliiiiie en têteuuuu, et les amoureux du soleil au cour. »
Il lui fallu serrer comme ça trois bonnes minutes avant que la gosse arrête de frétiller. « Quand nous chanterons. »
Puis Beverly finit par s'immobiliser, les jambes écartées, la demi-tête de Jean-Loup reposant sur sa poitrine.

Quand les gendarmes prirent sa déposition, elle leur offrit son plus bel air « mon fils est en prison - ma fille a disparu - ma petite-fille est morte et je suis seule au monde », ainsi que des Quality Street. Ils l'écoutèrent en mastiquant dans la plus grande dignité : comment aurait-elle pu imaginer un seul instant que ce Jean-Loup qu'elle avait pris sous son aile n'était qu'un tordu, un violeur d'enfant, et criminel de surcroît? Quand elle avait entendu les cris de sa pauvre petite, elle s'était précipitée, mais c'était déjà trop tard, le monstre avait accompli son ouvre.

Les gendarmes prenaient congé en tentant discrètement de retrouver l'indépendance de leurs mâchoires quand on sonna à la porte. Marguerite alla ouvrir, les yeux rougis par le chagrin.
— Madame Marguerite Chaperon ? Livraison Leroy-Merlin.. Votre nouvel escabeau.

Les deux gendarmes lui proposèrent gentiment de déposer sa livraison au fond du jardin, contre le mur de l'appentis.
En passant devant la fenêtre ouverte de la cuisine, ils entendirent Marguerite fredonner. « sifflera bien mieux le merle moqueur. »

— Ça y est, elle nous lâche la Marguerite !
— Le contrecoup.

« Mais il est bien court le temps des . »

— Ça m'dit quelque chose c't air-là.
— Moi aussi. j'crois bien qu'ma mère me chantait ça quand j'étais môme. »

« .où l'on s'en va deux cueillir en rêvant des pendants d'oreiiiiiiilleuuuuu. »


Les autres textes issus du même concours



Auteur

Titre

Aramis (Isabelle Corlier)

La Trahison de Miss Bell

André Toutou

Rose, le Chaperon

Jukal

Bizutage

Polarnoir (Patrick Galmel)

Le Petit Chapron Rouge

Gonzalo Rapetou

Rien qu'une Fois

R-Vosse (Hervé Sard) / Elastigirl

Rouge-Gorge

Sophie

Alice Détective

La Maison du Bonheur

Franz22 (Jan Thirion)

Alice a Grandi un Peu Trop Vite

Choisissez votre syle :  noir  -  sepia  -  clair

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.  - Pour nous contacter : contact@polarnoir.fr