Choisissez votre syle :  noir  -  sepia  -  clair

Jean-Patrick Manchette Edition poche Edition originale note Jean-Patrick MANCHETTE

Le Petit Bleu de la Côte Ouest


Edition originale : Gallimard / Série Noire - 1976
Rééditions :
Dernière édition poche : Folio Policier - Octobre 1998
Autres éditions :


Le début…


Les dix premières lignes…

Et il arrivait parfois ce qui arrive à présent : Georges Gerfaut est en train de rouler sur le boulevard périphérique extérieur. Il y est entré porte d'Ivry. Il est deux heures et demie ou peut-être trois heures et quart du matin. Une section du périphérique intérieur est fermée pour nettoyage et sur le reste du périphérique intérieur la circulation est quasi nulle. Sur le périphérique extérieur, il y a peut-être deux ou trois ou au maximum quatre véhicules par kilomètre (...).

La fin…


Quatrième de couverture…

Le malaise des cadres, c'est pas rien ! Vous avez femme, enfants, bagnole, télé, et voilà que vous vous sauvez. Tout ça parce que deux rigolos essaient de vous flinguer. Et vous savez même pas pourquoi. Un jour, camarade, il faudra quand même comprendre.


Un avis personnel…


par Patrick Galmel, le 31 octobre 2005

Georges Gerfaut est cadre commercial chez ITT et parcourt les routes en écoutant du jazz. Il mène une vie "heureuse" et matériellement enviable : jolie femme, beaux enfants, bel appartement parisien, situation professionnelle prospère, une chaîne hi-fi dernier cri qui diffuse du west coast... Mais l'ennui n'est pas loin, la dépression le guette.
Lors d'un de ses déplacements d'affaire, il croise sur la route un accident de la circulation, s'arrête et porte secours au conducteur blessé en le transportant jusqu'à l'hôpital le plus proche. Là, sans raison, ou tout simplement pour éviter les embrouilles, il s'enfuit, disparaît sans demander son reste, rentre à Paris et se prépare à partir en vacances en famille, à s'emmerder...
À peine arrivé en Charente, sur la plage, il est victime d'une tentative d'assassinat, sans jamais comprendre son origine. Sur un coup de tête, un coup de ras le bol, il disparaît à nouveau, plaque femme, enfants et maison de bord de mer. Mais les tueurs sont toujours sur sa piste...

Gerfaut a perdu tout ressort. Laminé, il se traîne dans la vie, dans son métier, dans sa famille, sans envie, sans passion. Jean-Patrick Manchette nous présente un cadre mal dans sa peau qui se perd à vouloir suivre les rails luisants de la réussite sociale.
Gerfaut apparaît dans une espèce de brouillard confus ; il ne sait pas où il va, et nous non plus. La première partie de ce roman laisse le lecteur avec ses points d'interrogation. Manchette entretient un certain imbroglio qui marque l'état d'esprit de son personnage, plus "juste" que n'importe quelle description, le contrebalançant par une extrême précision dans l'exposé "matériel" : un quidam achète une pellicule photo, c'est une Kodachrome X, 36 vues, une voiture passe, c'est une Lancia Beta Berline 1800 écarlate, mais c'est surtout au niveau des armes que les détails (comme à son habitude) sont les plus fournis : modèles, années, il ne manque que les numéros de série... Beaucoup de "possessions", mais le vide dans la tête...
La fuite de Gerfaut est une quête de lui-même, une recherche de la vérité, avec la mort sur les talons. Il y trouvera le désintéressement, un peu d'amour, mais peut-être pas de réponse formelle.
L'auteur profite également des errements de son personnage pour glisser de nombreuses références au jazz west coast qu'il lui fait écouter : Lee Konitz, Gerry Mulligan, Lennie Tristano, Jimmy Giuffre... Le roman pourrait presque être accompagné d'un CD.
Une belle parabole, écrite en 1976, alors que la "crise économique" posait ses premiers jalons et qu'aucune crise de conscience ne perturbait grand monde. Quand on vous dit que Manchette était visionnaire !.. Mais qu'écrirait-il aujourd'hui ?..

   


Vous avez aimé…


Quelques pistes à explorer, ou pas...

DVDLe Petit Bleu de la Côte Ouest a été l'objet d'adaptations diverses et variées.

Au cinéma d'abord, en 1980, avec le film de Jacques Deray, Trois Hommes à Abattre, où Delon reprenait le personnage de Gerfaut, passant pour l'occasion de Georges à Michel. Jean-Patrick Manchette participa lui-même à l'écriture du scénario qui diffère quelque peu du roman.




BDBDPlus récemment, c'est Jacques Tardi qui s'est emparé de ce récit et en a tiré une bande dessinée à l'occasion du dixième anniversaire de la mort de Manchette, et qui n'est pas sans rappeler sa précédente collaboration avec l'auteur du roman, c'était en 1978 pour Griffu, ou ses adaptations des Nestor Burma de Léo Malet.




Du même auteur…


Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.


Laissez Bronzer les Cadavres(en collaboration avec Jean-Pierre Bastid) L'Affaire N'Gustro L'Homme au Boulet Rouge (en collaboration avec Barth Jules Sussman) Nada Morgue Pleine Que d'Os ! Fatale
La Position du Tireur Couché

Choisissez votre syle :  noir  -  sepia  -  clair

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.  - Pour nous contacter : contact@polarnoir.fr