Choisissez votre syle :  noir  -  sepia  -  clair

POL'ART NOIR

depuis le 13 janvier 2005, et jusqu'au plus tard possible...

Roman noir, hard-boiled, récit d'enquête ou de procédure, thriller, polar social ou politique, loufoque ou humoristique, voire historique...
Pol'Art Noir : du polar en général à la littérature policière en particulier.

Dimanche 23 Novembre 2014


Ephéméride

Quizz


Perles noires…


Derniers auteurs à cinq étoiles…


Finie la ComédieUne Disparition InquiétanteLa Vie n'est pas une PunitionL'Assassin qui est en moiVol au-dessus d'un Nid de Coucou

Chroniques…


Dernières lectures en date…


Finie la ComédieMauvais CoucheurJoylandUne Disparition InquiétanteLa Grande Peur du Petit Blanc

On tourne la page…


Une chronique de Patrick Galmel


Six-PackSix-Packnote

Jean-Hugues Oppel

Six-Pack

Rivages / Thriller - Mai 1996


Avant de devenir un produit d'appel, voire une tête de gondole dans les rayons des super marchés de la culture, le tueur en série a constitué comme une sorte d'exercice de style pour les auteurs de polars et nombreux sont ceux, sous diverses formes et avec plus ou moins de réussite, à s'y être confronté.
Le Silence des Agneaux de Thomas Harris et son adaptation au cinéma en 1991 par Jonathan Demme y sont sans doute pour beaucoup, mais on peut citer également Un Tueur sur la Route de James Ellroy, ou Necropolis de Herbert Lieberman, parmi les plus célèbres.
Par ailleurs, avant d'exploiter le phénomène de mode et d'en extirper foison de scènes toutes plus "gores" les unes que les autres, beaucoup se sont attachés à la psychologie de ces personnages hors normes et au lien particulier que les associait avec ceux chargés de les traquer.

Jean-Hugues Oppel entre dans cette danse en 1996 avec Six-Pack.

À Paris, l'inspecteur Saverne est aux prises avec un assassin sadique qui lui file constamment entre les doigts et vient de faire une cinquième victime. Cinq jeunes femmes éventrées, sauvagement mutilées. Cinq victimes que rien ne permet d'associer sinon leur calvaire.
Saverne est un flic à l'ancienne qui avance calepin en main, renifle les scènes de crime pour s'en imprégner, cherche à s'identifier, à se couler dans la peau de celui qu'il poursuit. Son adjoint, Risson, est à l'opposé : bardé de diplômes, calé en informatique, il est de ceux qui dissèquent, qui analysent froidement, de loin.
Mais le duo fonctionne. Et plutôt pas mal. Même si celui qu'ils traquent, bien qu'il sème de nombreuses traces sur son macabre passage, leur donne toujours plus de fil à retordre. Et c'est sans compter sur le poids de la hiérarchie…

Il n'est pas sans risque de s'identifier à un tueur en série. Il n'est pas aisé d'y parvenir. C'est pourtant le chemin que va suivre Saverne, aidé en cela par un certain Jallieu (Bourgoin-Jallieu, la référence est évidente…), réalisateur d'un documentaire sur le sujet qui a pris la forme d'entretiens filmés avec quelques tueurs en série américains. Jallieu met en relation Saverne avec un ex-agent du FBI qui l'accompagnera dans son approche.

Jean-Hugues Oppel rend hommage au travail de Stéphane Bourgoin, il s'en inspire et y plonge son personnage de flic torturé à la recherche de la frontière entre le bien et le mal. Le résultat est tout à fait crédible, et d'autant plus que l'auteur prend un malin plaisir à dresser quelques obstacles supplémentaires sur le chemin déjà cahoteux de son enquêteur ; l'affaire prenant un tournant politique inattendu.
Ajouter à cela le style énergique de Jean-Hugues Oppel, qui taille à le serpe dans son texte, n'en conservant que le substantifique moelle : phrases courtes et incisives. Quelque chose de mordant qui attrape le lecteur pour ne plus le lâcher avant la fin. Efficace.
Six-Pack, dans le genre traque de tueur en série, est un très bon roman.


Choisissez votre syle :  noir  -  sepia  -  clair

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.  - Pour nous contacter : contact@polarnoir.fr